Mon système de sauvegarde en octobre 2011

On s’étonne souvent de mon système de sauvegarde, des redondances ou de sa complexité. Toutes ces personnes n’ont pas perdu les deux derniers mois de développement d’un projet de deux ans à rendre dans trois semaines (~1997) ou des années de photos (~2002).

Enfin pas encore.

Données

Découpage et rangement de mes données à sauvegarder :

  • agile
    données qui changent souvent (programmation, configuration, etc.) ou en cours d’écriture (documentation, etc.) et qui ne sont pas privées (je publie mon code) ou très peu.
  • confidentiel
    généalogie, photos, sauvegardes de services externes, etc.
  • dormante
    données qui changent très peu (fond d’écran, ebooks, etc.) et n’ont pas de  caractère privés. Il est possible de trouver un rapport avec un pseudo et/ou une activité (screenshot de jeu par exemple)
  • jetable
    données que je garde mais que je peux «perdre» (musique, etc.) et qui n’ont aucun caractère privé
  • privee
    données privées (comptabilité, scan de document administratif, etc.). Dans un container truecrypt.
Tableau récapitulatif :
Chemin Importance Confidentialité Taille (en Go) Fréquence de sauvegarde
agile *** ** 1 «temps réel»
confidentiel *** *** 40 toues les heures
dormante ** * 2 toutes les nuits
jetable * * 40 toutes les nuits
privée *** *** 1 «temps réel»

Outils

Matèriels

Services

  • SpiderOak sauvegarde en ligne (100Go pour 100$/an), chiffrement à la source, partage, synchro, multi-plateforme, python.
  • Crashplan sauvegarde en ligne (illimité pour 50$/an) et entre amis, parents, etc. (je te laisse 100Go chez moi, héberge moi mes 80Go). Gratuit pour la version sans sauvegarde paramétrée (priorité, filtre, etc.)
Plus utilisé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *